A propos

10169229_520955091360068_6748084928812929555_n

J’ai découvert l’université en même temps que le mouvement altermondialiste, au début des années 2000. En parallèle j’ai pris des responsabilités dans l’éducation populaire. Je suis sortie de la Sorbonne nouvelle avec des souvenirs militants plein la tête : grèves étudiantes, création de syndicats et de collectifs militants, campagne contre le traité constitutionnel européen, etc. Avec aussi une formation et une pratique féministe dans mes souliers. Et une maîtrise de littérature sur Simone de Beauvoir en poche.

Après un passage dans la « vraie » vie (il paraît que l’université ce n’est pas le réel), pendant lequel j’ai milité au Front de gauche et travaillé dans l’éducation populaire, je suis retournée sur les bancs de la fac étudier l’histoire de ce beau mouvement. Désormais doctorante contractuelle dans un labo d’histoire de l’éducation, ma thèse porte sur les dirigeantes de mouvements de jeunesse non-mixtes.

Encore et toujours féministe, j’ai fondé avec quelques copines le collectif Stop harcèlement de rue en février 2014, dont je suis une des animatrices. Je milite pour un féminisme non-excluant, qui se questionne et écoute les premier-es concerné-es, qui utilise les méthodes de l’éducation populaire pour promouvoir un changement des regards et des comportements.

Sur ce blog, c’est perchée sur des talons que je partage les différentes facettes de mon engagement. Pour la recherche, dans le mouvement féministe et dans l’éducation populaire. Avec mon regard de militante et mon œil de chercheuse.