“Toi j’vais t’baiser”, que peuvent les hommes contre le harcèlement de rue ?

Ce week-end Vincent Lahouze, Toulousain témoin d’un cas de harcèlement sexiste dans les transports, a raconté son expérience dans un billet devenu viral (comme le sont souvent les articles sur le harcèlement de rue écrits par des hommes). Alors que les autres passagers ne réagissaient pas, il a utilisé la technique efficace d’aller parler à la victime pour désamorcer l’échange. Surtout, il est passé de « on s’en fout » à « nous sommes concernés ». Alors messieurs, de quel côté êtes-vous ? Que pouvez-vous contre le harcèlement de rue ? Voici 6 conseils 

Oh un témoignage sur le sexisme écrit par un homme qui fait le buzz…

Entendons nous bien, c’est une bonne chose que des hommes réagissent et écrivent sur le harcèlement de rue, d’autant plus qu’ils sont les mieux placés pour aider les autres hommes à changer. Cependant, comment se fait-il que tous les médias relaient les billets masculins, quand des dizaines de femmes racontent chaque jour leur expérience dans l’indifférence médiatique ? Si, quand des femmes écrivent, « on s’en fout », peut-on s’étonner que quand les mêmes se font harceler « on s’en foute » aussi ? Bien sûr, ce témoin n’y est pour rien, d’autant plus que lui, justement, il ne s’en fout pas !

Vincent raconte qu’il a commencé par se demander si l’homme et la femme se connaissaient ou non, s’il devait agir ou pas. Lorsqu’il entend « J’vais t’baiser salope ! » il se décide et utilise une technique d’esquive efficace : il fait semblant de connaître la victime et lui parle. C’était une réaction appropriée. La femme était sidérée, donc elle se laissait faire, l’intervention l’a sortie de sa stupeur. Parallèlement, cela coupe la parole du harceleur, sans lui donner de possibilité de rebondir en s’attaquant au témoin (« on vous a sonné vous » , « ça vous regarde ? » etc). Ainsi, Vincent a mis fin à la position de domination du harceleur. Comme sa victime n’était plus sidérée, comme il n’avait plus l’espace de faire le coq, le mécanisme de la violence et de la domination s’est rompu. Dans ce cas c’était la meilleure réaction : quand c’est possible, autant éviter l’affrontement et emprunter des portes de sortie !

Ce week-end Vincent a par deux fois aidé la lutte contre le harcèlement de rue. En agissant pour aider une victime, puis en racontant son expérience sur internet, ce qui responsabilise les hommes. Il y a deux leviers pour stopper le harcèlement de rue :

  • Les femmes doivent prendre conscience que c’est anormal pour relever la tête, connaître leurs limites et les poser.
  • Les hommes doivent cesser de harceler. Et ça, c’est le boulot des hommes entre eux !

Alors messieurs, que pouvez-vous faire ? 6 conseils, rien que pour vous !

men-can-stop-rape_o_1806383

1 Regardez les choses en face

Vous pouvez comprendre le mécanisme initial du harcèlement de rue : ce ne sont pas des compliments ou de la séduction mais des comportements d’intimidation voire de prédation envers les femmes, c’est un phénomène de société, on ne peut pas simplement “s’en foutre”.

2 Sentez-vous concerné

Une fois le harcèlement de rue compris comme un problème de société, vous pouvez passer à l’étape supérieure : prendre conscience que vous pouvez être des alliés pour que cela cesse.

3 Remettez-vous en question

La première chose quand on s’attaque à un problème est de vérifier qu’on n’est pas soi-même une partie du problème. Si vous vous posez la question, c’est certainement que vous êtes du bon côté de la barrière, mais une petite vérification ne fait pas de mal. Sans entrer en analyse vous pouvez vous demander : Comment je m’adresse aux femmes de manière générale ? Comment je parle d’elles ? Est-ce que parfois je pense faire des compliments mais ils ne sont pas perçus comme ça ? Etc

4 Faites connaître vos positions

Ça y est, vous savez reconnaître les cas de harcèlement ou les comportements qui peuvent y mener. Il faut annoncer cette bonne nouvelle ! N’hésitez pas à parler autour de vous de votre découverte, de la nécessité de changer nos comportements. Chaque conversation est un grain de sable dans les rouages bien huilés du harcèlement sexiste.

tumblr_m35m25aWoZ1r4h59lo1_500

“Parce que les gens pensent encore que les blagues sur le viol sont drôles”

5 Montrez votre désaccord

Les hommes ont, bien plus que les femmes, le pouvoir d’aider les autres hommes à prendre leurs responsabilités. Autant l’utiliser ! Quand des comportements ou des paroles d’hommes de votre entourage sont dégradants envers les femmes, faites le savoir, aider les hommes à comprendre leur erreur. Inutile de vous disputer avec eux, simplement dire que vous pensez autrement.

6 Agissez !

Devant un cas de harcèlement, offrez votre aide, mettez fin aux engrenages de violence, montrez votre soutien à la victime et votre opposition aux comportements du harceleur. Une chose importante cependant : inutile de jouer les héros ou de vouloir raisonner le harceleur, voire lui faire payer son acte, il est prouvé qu’une fois la situation apaisée il vaut mieux s’occuper de la victime que du harceleur. Votre intervention vous paraîtra peut-être une goutte d’eau dans l’océan, mais chaque fois qu’on ne laisse pas faire, on montre que les choses peuvent changer durablement.

Retrouvez d’autres conseils sur le tumblr de “Men can stop rape” (Les hommes peuvent stopper le viol), une organisation américaine qu’on aimerait avoir en France !

Les hommes sont des alliés indispensables à la lutte contre le harcèlement de rue, parce que si les femmes doivent prendre le pouvoir de se défendre, les hommes ont déjà le pouvoir non seulement de confronter les harceleurs, mais de montrer à toute la gente masculine que le harcèlement de rue et le sexisme ordinaire les concernent aussi et que non, on ne s’en fout pas !

Laisser un commentaire