Catho le scoutisme ? Pas sûr !

« Tu fais du scoutisme ? Le truc catho quoi. ». Cette légende collante rend toute discussion sur le scoutisme, son histoire, ses enjeux, ses réussites et ses limites, vraiment difficile. Du café du commerce à la chaire universitaire, impossible de parler de scoutisme sans d’abord déconstruire ce mythe tenace. Et encore, ça ne fonctionne pas toujours. Cet été j’ai passé un long moment avec une journaliste pour lui expliquer que le scoutisme n’est pas catholique, et ce qu’il ressort de son article c’est une grande confusion et beaucoup de misère à qualifier le scoutisme autrement que par une soit-disant origine… catholique.

Une origine anglaise

Baden-Powell au camp de Bronwsea

Baden-Powell au camp de Bronwsea

Pourtant le fondateur du scoutisme est anglais et donc… Anglican. Mais de toute façon, la religion  a peu d’importance aux débuts du mouvement. Le scoutisme est né en 1907 en Angleterre. Son fondateur, Lord Robert Baden-Powell, est un ancien colonel de l’armée de la reine d’Angleterre. Il est anglican, plus ou moins pratiquant, rien ne laisse penser qu’il était pétri de bondieuserie. Il pense qu’il faut revigorer la jeunesse (masculine) anglaise pour former des gentilshommes. Or, un gentilhomme anglais doit avoir une religion. Dans son mouvement on formera donc au “sens de Dieu” et on laissera les uns et les autres pratiquer leur religion. Mais ça ne va pas plus loin.  

Il crée une proposition pédagogique autour de la vie en équipe et dans la nature qui valorise l’engagement et l’autonomie.  Ça commence par un camp avec une dizaine de jeunes hommes sur l’île de Brownsea, en Angleterre, en août 1907. On campe, on fait du feu, on fait du sport. Il y a une prière le matin.  Et ni messe, ni prêtre, puisque personne sur l’île de Brownsea n’est catholique. L’année suivante, Baden-Powell publie le manuel Scouting for boys qui pose les éléments de la méthode, et le mouvement s’étend rapidement en Angleterre. Dès 1910, une association sœur, à destination des filles, voit le jour.

 

En France, un mouvement fondé par des protestants et des athées

Nous sommes au début du 20ème siècle et le scoutisme propose une éducation à l’autonomie et à la prise de responsabilité, où on vit en groupe et on se trouve dans un rapport direct avec Dieu et la nature. Une méthode d’éducation éminemment anglo-saxonne et façonnée par une culture protestante. D’ailleurs, lorsqu’il traverse la Manche en 1911, le scoutisme est porté par des personnalités protestantes. Plusieurs expérimentations ont lieu, puis 2 associations sont créées. Les Éclaireurs de France, laïques, sont fondés par des personnalités protestantes ou athées ayant à cœur la laïcité. Les premiers camps ont lieu avec des jeunes issus de diverses institutions de jeunesse, notamment les missions populaires évangéliques (sortes de centres sociaux d’origine protestante). Les Éclaireurs Unionistes de France sont fondés par des personnalités protestantes, au sein d’un mouvement de jeunesse qui existait déjà, l’Union Chrétienne de Jeunes Gens.

Dès 1913 des femmes athées et protestantes, proche de ces 2 associations, travaillent à la fondation d’une fédération de scoutisme féminin, la Fédération Française des Éclaireuses, qui réunira de 1920 à 1964 des éclaireuses protestantes, laïques et juives.

Une carte de promotion de la Fédération Française des Eclaireurses (laïques, protestantes et juives)

Une carte de promotion de la Fédération Française des éclaireuses (laïques, protestantes et juives)

 Pourquoi en 1911, les garçons ont fondé 2 mouvements, puisque tous les fondateurs se connaissaient, étaient issus des mêmes milieux et que quelques années après les filles ont réussi, elles, à s’entendre en une seule association ? Parce que les unionistes, qui rencontraient alors des problèmes de recrutement pour les Unions chrétiennes de jeunes gens (UCJG), souhaitaient utiliser le scoutisme comme mouvement d’évangélisation. C’est ce qu’Arnaud Baubérot a appelé dans un livre éponyme « l’Invention d’un scoutisme chrétien ». Son livre, au titre évocateur, montre comment la méthode éducative du scoutisme, qui n’était pas particulièrement marqué par le christianisme fut utilisée par des institutions et personnalités protestantes comme méthode d’éducation et d’évangélisation.

L’invention d’un scoutisme catholique

Le père Sévin

Le père Sévin

C’est exactement le projet du père Sévin, fondateur du scoutisme catholique. Ce n’est que pendant la Première Guerre mondiale que des expériences de scoutisme ont lieu en milieu catholique, notamment en Belgique. Le père Sévin, devant le succès des Boys Scouts en Angleterre et des 2 associations de scoutisme, laïque et protestante, en France, travaille à une proposition catholique de scoutisme. Il se fonde sur les principes du scoutisme de Baden-Powell auquel il additionne les enseignements d’un catholicisme, à l’époque, plutôt traditionnel. L’épiscopat catholique  français est d’abord vent debout devant l’idée, voyant dans le scoutisme la main de la franc-maçonnerie voire du protestantisme anglais (ce qui est à la fois risible, mais fondé sur l’imaginaire de l’époque autour des obédiences des fondateurs des mouvements anglais et français). Le père Sévin a mis du temps à convaincre, mais les Scouts de France sont nés en 1920, suivis en 1923 par leur équivalent féminin, les Guides de France.

Dans notre pays, où le catholicisme est la religion majoritaire, le mouvement catholique rassemble très vite la plupart des scouts du pays, donnant l’impression au grand public, que le scoutisme est un mouvement catholique. Cela tient peut-être  aussi au principe théologique d’universalité du catholicisme. Aujourd’hui les Scouts et Guides de France, fidèles à ce principe d’universalité, tout en affirmant leur appartenance à l’Église catholique, accueille tous et toutes sans distinction de croyance ou d’appartenance religieuse.

D’autre part, le scoutisme catholique a réussi ce qu’on appellerait aujourd’hui un « coup de com’ ». A la différence des laïques et des protestants, qui avait traduit en français le terme « scouts »   par « éclaireurs », le père Sévin choisit le terme anglais pour dénommer son mouvement. Et il ne précise pas dans le nom la spécificité catholique de sa proposition pédagogique. Les Scouts de France possède donc le terme générique que chaque scout dans le monde utilise pour se définir, quelle que soit sa spiritualité. Bien joué !

C’est ainsi qu’en France, dans l’imaginaire collectif, s’est forgée l’idée que le scoutisme est un mouvement catholique. Pourtant, le scoutisme catholique, certes majoritaire en France, est apparu relativement tard et après d’autres mouvements culturellement plus proche du fondateur de la méthode.

Les scouts catholiques, minoritaires dans le monde…

Si en France le scoutisme est perçu comme un mouvement catholique, c’est loin d’être le cas dans bien d’autres pays. Le scoutisme est un mouvement international composé de plus de 40 millions de membres réunis dans deux organisations internationales, l’Organisation Mondiale des Mouvements Scout (OMMS – WOSM) et l’Association Mondiale des Guides et Eclaireuses (AMGE – WAGGS). Ces dernières ne revendiquent, ni ne promeuvent, aucune religion particulière. Pour être une association membre de l’OMMS ou de l’AMGE, il est possible de se revendiquer d’une religion mais il faut être « ouvert à tous et / ou toutes ». C’est à dire que pour être membre du mouvement scout international, on peut être une association de scoutisme affichant une appartenance religieuse (quelle qu’elle soit) mais on ne peut pas imposer comme préalable à l’inscription, une appartenance religieuse.

1024px-World_Association_of_Girl_Guides_and_Girl_Scouts.svg

Insigne de l’Association Mondiale des Guides et Eclaireuses

Dans chaque pays une association ou une fédération d’associations de scoutisme est reconnue par l’AMGE et l’OMMS, peu importe si elle(s) se revendique(nt) ou non d’une religion. Il y a des critères très précis pour être membre de ces organisations mondiales, le développement du sens spirituel des enfants et des jeunes en fait partie, mais pas l’appartenance à une religion, et, a fortiori, encore moins à la religion catholique. Il y a donc sur la planète des scouts de toutes les religions et non-religions, membres de mouvements qui pratiquent ou non des religions.

220px-OMMS_logoC

Insigne de l’Organisation Mondiale des Mouvements Scouts

Sur la surface du globe on estime à 40 millions le nombre de scouts et de guides, dans presque tous les pays, répartis dans plus de 300 associations. Les associations catholiques représentent environ 80 de ces 300 associations (chiffres des conférences catholiques internationales du scoutisme et du guidisme). Les associations catholiques de scoutisme sont donc minoritaires au sein du mouvement mondial.

… Et en France ?

En France, c’est la fédération du Scoutisme Français, créée en août 1940 dans le but de réunir les différentes associations de scoutisme dans la lutte contre la « jeunesse unique » voulue par le tout jeune régime de Vichy, qui est reconnue par l’OMMS et l’AMGE. Elle est composée de 6 associations

– Les Eclaireurs et Eclaireuses De France, créés en 1911, laïques, environ 17 000 membres

– Les Eclaireuses et Eclaireurs Unionistes de France, créés en 1911, protestants ouverts à tous et toutes, environ 6000 membres

– Les Scouts et Guides de France, créés en 1920, environ 85 000 membres, catholiques ouverts à tous et toutes

– Les Eclaireuses et Eclaireurs Israélites de France, créés en 1923, juifs, environ 4000 membres

– Les Scouts Musulmans de France, créés en 1990, musulmans ouverts à tous et toutes,

– Les Eclaireurs de la Nature, créés en 2007, bouddhistes ouvert à tous et toutes.

D’autres associations françaises, se donnent le nom de scouts et se réclament de la méthode de Baden-Powell. Parmi elles certaines affichent fortement une identité catholique, bien souvent traditionaliste. Comme elles défraient régulièrement la chronique, elles contribuent à répandre l’idée fausse que le scoutisme serait un mouvement catholique. Elles ne sont pourtant pas membres des organisations du mouvement scout international. Ainsi elles sont catholiques certes, mais pas vraiment scoutes.

L-aumonier-Scouts-France-celebre-messe-plein-constante-dans-spiritualite-scoutisme-lors-camps_0_730_485

Célébration des Scouts et Guides de France

Alors catho, le scoutisme ? Au départ le scoutisme est fondé par un anglais protestant, c’est une méthode éducative dont les fondamentaux sont très éloignés de la culture catholique. Le scoutisme est un mouvement international, présent sur les 5 continents. La majorité des scouts dans le monde ne sont pas catholiques. Et en France il existe 6 associations de scoutisme de toutes les (non) confessions.

Pourtant, une fois adaptés au catholicisme par le père Sévin, le scoutisme et le guidisme catholique ont séduits tant de jeunes français et françaises que, dans notre pays, l’imaginaire collectif ne dissocie plus scoutisme et catholicisme. C’est la preuve d’une exemplaire réussite et d’une image de marque à faire pâlir d’envie les meilleurs communicants !

Laisser un commentaire